Les channels

Les channels : au nombre de un, deux, quatre ou six, ils sont aujourd’hui le plus souvent situés dans la partie arrière de la planche. Mais pas que… Comment fonctionnent-ils et à quoi servent-ils? Quels sont leurs avantages et inconvénients ?

Origines

C’est au moment où l’on recherchait à rendre les planches de plus en plus rapides que les channels ont commencé à être réellement développés… Après 1981, date de naissance officielle du thruster, les surfeurs ont redécouvert la possibilité de surfer plus vite tout en restant « radicaux ». La voie des channels est alors explorée car ils aident la planche à déjauger et la rendent plus « rapide » grâce notamment à la réduction de la trainée. C’est en tout cas ce dont témoigne Darren Handley (DHD) dans cet article de Stu Nettle : The channel revival: Modern takes on a classic design

Car même si les channels ont été découverts bien plus tôt dans les années 60/70, ils n’étaient alors façonnés que de manière confidentielle et ne correspondaient pas aux formes actuelles les plus répandues. Pour une histoire exhaustive des channels => lire cet article très détaillé de Stu Nettle : The tricky history of the channel bottom.

Concept

Qu'est ce que les channels?

Les channels sont des canaux réalisés sous la planche pour que l’eau et l’air passent rapidement, avec une direction forcée. Leurs formes peuvent être rectilignes et anguleux (les plus répandus) ou courbes (= paraboliques). Il y a plusieurs types de channels en fonction de leur situation sur la planche. Les channels « ventraux », qui ne sortent pas de la planche et sont généralement placés en avant des ailerons (entre les pieds). Et les channels arrières qui commencent juste en avant des ailerons et s’étendent sur le dernier tiers de la planche sortant par le tail. Un troisième type de channels « hybrides », combine et associe tout le long de la planche concaves et channels. 

Les différents types de channels

Les channels ventraux

Les channels ventraux étaient populaires dans les années 80, avant l’utilisation des concaves. En effet, les planches avec leur carène en V avait comme inconvénient de ralentir le surfeur dans les petites vagues. Alors, à la recherche de portance et de radicalité dans les vagues « moyennes », les shapers ont commencé à façonner des channels à travers la carène de la planche. Ces derniers se situaient entre les pieds, pour aider à diriger les flux d’air et d’eau, à travers le rocker et le V de la planche. De multiples formes de channels ventraux ont été façonnés et se sont en quelque sorte éteints avec la popularité des bottoms entièrement concaves dans les années 90.

Channels ventraux
Fireball Fish de T. Peterson

La plus célèbre planche à channels des années 90 a été le Tommy Peterson Fireball Fish très similaire à la Hydro Channel de Phil Myers dans les années 80. En 1994, Tom Curren a surfé une Fireball Fish 5’7″ dans d’énormes vagues à Bawa, en Indonésie. Cette session, qui est apparue dans de nombreux magazines et dans la vidéo The Search de Rip Curl, a contribué à faire de ce shape un modèle légendaire (marche + 6 channels)

Les channels arrières

Les channels arrières étaient très populaires à la fin des années 80 et au début des années 90. Les channels « Deep Six » coupaient jusqu’à 1/2″ de profondeur et sortaient du tail, avec des Wings radicales découpées dans l’outline de la planche (Hank Warner G&S Deep 6 Wing Pin Single Fin). Dans le sud de la Californie, ils ont été une énorme mode, popularisée par le « héros » local, Matt Archbold. Il est revenu d’Australie avec certaines de ces planches shapées par Terry « Richo » Richardson. Le regretté Al Byrne a également beaucoup apporté dans l’art du façonnage sur ce type de planches.

Long twin channel
Fish tail channel

Les channels vus par Dan Thomson (Tomo)

Selon Matt Biolos, un troisième genre de channels a récemment pris de l’importance. Pour lui, les dessins de Daniel Thomson (Tomo), un surfeur et shaper de Lennox Head, sont presque un design en soi.
Alors qu’au début des années 2000, les longueurs de planches se réduisent, Daniel Thomson commence à fabriquer des planches pas comme les autres. Pour compenser la ligne de rail réduite, Tomo met des channels dans certains de ses modèles. Ces channels apportent du contrôle afin que le surfer puisse surfer sa planche sur de plus grande vagues. « Vous n’allez jamais faire déraper le tail si vous avez ces channels parce qu’ils agissent comme des dérives. »

De plus, Tomo utilise ses channels pour ajouter une « soupape d’échappement / libération » à ses rockers arrières plats. Beaucoup de shapers l’ont fait au fil des ans, mais personne n’a poussé le concept à l’extrême comme lui.

channel ex Tomo
channels ex tomo 1

À quoi servent les channels et comment fonctionnent ils ?

Quelles que soient leurs formes, on peut assimiler les channels à des concaves. Le rôle des concaves sur une carène est de génèrer du « lift », c’est à dire une poussée. Le flux d’eau sous le concave génère une force qui repousse vers le haut. Ce déjaugeage soulève donc la planche de l’eau. Cette dernière a donc moins de contact avec l’eau donc moins de frottement. Si il y a moins de frottement alors il y a moins de résistance à l’avancement et moins d’inertie.

De nos jours, les channels arrières sont très populaires dans les planches de surf hautes performances. Avoir des channels profonds près du tail de la planche permet à l’eau d’être dirigée de manière plus concentrée à travers le tail. Les channels créent plus de surface pour se projeter en virage, agissant comme une longue dérive peu profonde.
Lorsque l’on applique une pression du pied arrière sur les channels, la planche nous repousse, ce qui permet de surfer de manière plus réactive. De plus, ces channels arrières peuvent permettre à une planche à rocker arrière plat d’être surfer plus facilement dans la « poche » de la vague (plus verticalement). Parce qu’ils augmentent le rocker arrière au coeur du tail, les channels fortement inclinés juste au niveau des dérives permettent à l’eau de se libérer en virage.

D’une manière générale : plus ils sont profonds, plus l’effet est important.

Concernant les channels courbes ou paraboliques : la théorie est de canaliser l’eau  dans la section la plus étroite pour créer une basse pression. Ceci crée ensuite une poussée à mesure que le channel s’élargit derrière les dérives et à travers le tail. Cela est censé créer de la vitesse, du contrôle et du flow dans le passage d’un rail à l’autre. 

channels paraboliques Rusty

Avantages

1) Les channels aident la planche à déjauger et la rendent plus « rapide » grâce à la réduction de la trainée hydrodynamique

2) Les channels compriment l’eau à travers la courbe du rocker arrière, ce qui donne plus de réactivité.

3) Les channels ajoutent adhérence / accroche dans les virages.

4) Les channels permettent de surfer des planches plus courtes dans des tailles de vagues plus grandes

Inconvénients

1) Les channels rendent les planches à la fois plus rigides* et très (trop) directives.

2) Elles acceptent mal le clapot et se destinent avant tout aux vagues lisses.

3) La perte de volume de la planche au niveau du tail diminue la flottaison et rend le take off moins aisé.

4) La difficulté de mise en oeuvre : shaper, stratifier et poncer les channels demande beaucoup de soin (quasi impossible à usiner avec une machine CNC).

* La rigidité est due au fait que l’arrière est assimilable à une structure mince plissée. Pour mieux comprendre, le plus simple est de prendre une feuille de papier et de la poser sur la tranche puis d’exercer une pression sur la tranche haute de la feuille : la feuille s’écrabouille. Maintenant, on prend la même feuille et on la plie en zig-zag comme un éventail. On repose la feuille sur la tranche (beaucoup plus facile) et on exerce la même pression. Miracle, ça ne s’ecrabouille plus. C’est toute la force de ce genre de structure…

Nos modèles avec channels

Long Twin

Twin Fin d’inspiration australienne (Simon Jones) conçu pour augmenter votre nombre de vagues et filer à vive allure. Quatre channels au niveau du tail apportent mordant et adhérence, canalisant l’eau à travers l’arrière de la planche. En effet, les channels associés au rounded pin tail apportent à cette board une accroche supplémentaire à celle des dérives pour éviter de glisser à la fin des virages ou dans les bottom turns plus radicaux. À l’aise dans les vagues puissantes, cette board reste une planche polyvalente au quotidien. Elle excelle sur les plans d’eau propres : plus les conditions seront glassy et creuses, plus vous ressentirez les effets bénéfiques des channels.


En résumé : Une planche redoutable pour les spots très fréquentés, les longues vagues rapides et les tubes. N’ayez plus peur de la longueur !

Nos articles sur le SHAPE :

SHAPE
Tomas

Les channels

Les channels dans le design des planches de surf : origines, avantages, inconvénients. Tout ce qu’il faut savoir sur les channels est ici !

Lire la suite »
SB CSP Wavepool perf
SHAPE
Tomas

Wavepool perf

Présentation de la nouvelle construction : « WAVEPOOL PERF » . Légère et ultra résistante, elle est spécialement conçue pour le surf en piscine à vagues.

Lire la suite »
SHAPE
Tomas

Beveled Rails

Comment rendre des rails plus « accrocheurs » sans perdre l’épaisseur de la planche pour garder son volume ?

Lire la suite »
Croquis d'une planche de surf avec les caractéristiques annotées sur le côté
SHAPE
Tomas

Lexique SHAPE

Tout le vocabulaire spécifique au monde du shape pour mieux comprendre les caractéristiques des planches de surf

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *